Accueil Édito Actualité Liens Archives Revue en ligne FAQ Contact
   Connexion
Menu principal


Edito


Edito > 2 décembre 2019

2 décembre 2019
Agent immobilier : un métier en mutation

Le sud-ouest a la cote. Deux députés de Haute Garonne, Mickaël Nogal, et Jean-Luc Lagleize, après avoir remis chacun un rapport au Premier ministre, sont sous les feux de l’actualité immobilière. Jean-Luc Lagleize a défendu devant les congressistes de la FNAIM son idée de nouvelle forme de démembrement de propriété, pour faciliter l’accession, avec un bail emphytéotique dont le droit serait rechargeable. Nous reviendrons la semaine prochaine sur sa proposition de loi, votée le 28 novembre. Le ministre a annoncé que le plan pluriannuel de travaux, dont l’idée n’a pas été reprise dans l’ordonnance sur la copropriété, serait proposé lors du projet de loi de ratification. L’annonce a réjoui les professionnels qui tiennent beaucoup à son instauration.

Le président de la FNAIM, Jean-Marc Torrollion, a par ailleurs présenté le nouvel insigne de la profession qui a vocation à orner les devantures d’agence. Assorti de l’emblème “Lucere defendere”, il met l’accent sur l’éclairage du client et sa défense, ce qui est de nature à conforter la profession. Ce type de présentation n’est pas sans rappeler celui des notaires et des huissiers. Bien que les agents immobiliers, administrateurs de biens et syndics ne soient pas constitués en ordre professionnel, la mise en place de cet insigne est un pas de plus vers la reconnaissance publique des leurs métiers. Le ministre a réservé sa réponse sur une reconnaissance officielle de ce symbole.

Il faut signaler aussi l’unanimité des avis sur le travail mené par Hugues Perinet-Marquet à la présidence du CNTGI. Alors que des doutes s’étaient exprimés sur l’efficacité de cette instance, les travaux qui en sortent montrent la qualité tant du travail qui y est mené que de la réalité de la concertation. C’est donc ici un point très positif à mettre notamment au crédit de son président.

Quant à Mickaël Nogal, il était présent au congrès de l’UNIS, mais non à celui de la FNAIM où il était pourtant attendu. Il veut aider les professionnels à devenir des tiers de confiance. Sur ce point, il peut compter sur le soutien des intéressés. Mais sur l’idée de consigner les dépôts de garantie auprès d’un organisme public, l’opposition est vive, car les agents immobiliers tiennent à conserver la maîtrise de cette garantie et redoutent la lourdeur du recours à un nouvel intermédiaire.

Mais c’est surtout le risque de remise en cause de leur modèle économique qui semble inquiéter les professionnels. S’ils sont conduits à proposer de façon systématique une garantie totale de paiement des loyers à leurs mandants, ils devront être eux-mêmes garantis et ils redoutent d’être inféodés aux compagnies d’assurances.

Les débats actuels montrent aussi l’échec du système du permis de louer. Il n’est demandé que par ceux qui doivent logiquement l’obtenir et n’est pas demandé par ceux à qui il serait refusé. Exemple type de la fausse bonne idée, comme le relève Jean-Luc Lagleize.

■ BD

Index  | 25 novembre 2019  | 2 décembre 2019
Imprimer la page
Edito is developed by The WolFactory (http://www.wolfpackclan.com/wolfactory), a Xoops division of the Wolf Pack Clan (http://www.wolfpackclan.com)



Espace abonnés
Identifiant :

Mot de passe :


Mot de passe perdu ?
Historique
Voir un numéro récent
Abonnez-vous !
JURIShebdo

168 av Marguerite Renaudin
92140 CLAMART
tel : 01 46 45 77 69




© 2008-2019 JURIShebdo | Réalisation Spinosia  | Design 7dana.com